La chirurgie orthopédique
du membre supérieur

La chirurgie orthopédique du membre supérieur concerne toutes les opérations des doigts jusqu'à l'épaule. Elle traite de nombreuses pathologies et traumatismes quand cela s'avère nécessaire.

La chirurgie de la main à l’épaule ou chirurgie orthopédique du membre supérieur répare les accidents et redresse les déformations du membre supérieur. C’est dans sa définition étymologique l’art de prévenir, de corriger les difformités du corps, surtout des enfants ce qui répond à la question : la chirurgie du membre supérieur c’est quoi ?

Dans sa pratique à Paris en tant que chirurgien orthopédiste, le Professeur Roulot utilise les techniques chirurgicales les plus récentes et les moins invasives (microchirurgie, mini abord, endoscopie, arthroscopie, matériel miniaturisé). L’objectif est de limiter au mieux les douleurs et l’indisponibilité après une opération de la main, des doigts, du coude ou de l’épaule. Ces opérations sont réalisées sous appareils grossissants pour appréhender les moindres détails.

chirurgie orthopédique du membre supérieur - Pr Eric Roulot - clinique jouvenet 75016 paris

Pour apporter un résultat fonctionnel et esthétique optimal, le Pr Roulot prend à cœur d’opérer personnellement ses patients à la Clinique Jouvenet et de veiller au bon déroulement de toute intervention chirurgicale.

Cela ne le dispense pas de travailler au sein de la Clinique Jouvenet avec une équipe d’infirmières, d’anesthésistes et de collègues chirurgiens hautement qualifiés dans la gestion de la douleur de la main et du membre supérieur.
Ainsi, toutes les spécificités de la chirurgie orthopédique du membre supérieur sont appréhendées pour une prise en charge du patient de qualité lors de l’opération.

La chirurgie orthopédique de la main et du poignet

Une opération de la main peut être nécessaire pour traiter une pathologie des mains ou du poignet. Tout traumatisme ou maladie, qu’il s’agisse du poignet gauche ou du cinquième doigt droit va présenter une spécificité qui lui est propre et nécessite d’en connaitre les caractéristique anatomiques, épidémiologiques et thérapeutiques.

Cette chirurgie orthopédique de la main peut-être aussi indispensable pour guérir bon nombre de maladies de la main et du poignet responsables de douleurs, qui peuvent remonter au coude ou à l’épaule ou au contraire descendre dans les doigts.

Pr eric roulot - chirurgie orthopédique de la main et du membre supérieur - operation du canal carpien - clinique jouvenet paris 16

La chirurgie orthopédique des mains concerne les nerfs, les os, les ligaments, un tendon ou un muscle. Une opération de la main avant d’être décidée impose une consultation auprès d’un spécialiste de la main et un parcours de soin précis.

Quand on évoque une maladie des nerfs, c’est la compression du nerf médian au canal carpien qui est la plus fréquente. Cette intervention chirurgicale de la main est la plus courante. La compression du nerf ulnaire ou du nerf radial est plus rare.

Une opération du poignet est le plus souvent une chirurgie osseuse ou une chirurgie ligamentaire pour traiter des séquelles de traumatismes. Les maladies sont plutôt en rapport avec des arthroses, même si les dépôts de cristaux dans les poignets peuvent déboucher sur des douleurs du poignet et de la main invalidantes.

Les lésions tendineuses traumatiques ou inflammatoires et les tumeurs bénignes osseuses, tissulaires ou liquidiennes nécessitent l’évaluation de la pathologie du poignet et de la main concernée. En fonction du diagnostic établi, le choix entre un traitement rhumatologique ou une opération du membre supérieur sera évalué en fonction de son intérêt et du rapport en termes de bénéfice/risque.

La chirurgie orthopédique des doigts de la main et du pouce

pr eric roulot-chirurgie orthopédique des doigts de la main - operation pouce

Les doigts sont très précieux et parfois concernés par des dysfonctions, des déformations ou des douleurs.

Les pathologies des doigts de la main peuvent justifier une opération des doigts dont la fréquence est multipliée par leur nombre. L’utilisation intensive et quotidienne des doigts les use (arthrose, déformation, douleur) ou les traumatise (plaie de tendon, pénétration de corps étrangers, fracture, entorse). Une chirurgie réparatrice du doigt peut devenir indispensable pour restaurer une fonction correcte.

Le traitement initial correct d’un traumatisme du doigt de la main lié au sport (fréquent pour les sports de combat ou les sports de ballon) ou à une activité professionnelle est essentiel pour éviter les séquelles.

Les accrochages ou blocages spontanés des doigts appelés doigts à ressaut ou à ressort sont très fréquents et gênants. Le traitement médical ou chirurgical pour une opération d’un doigt à ressaut est simple et efficace. L’arthrose digitale et surtout l’arthrose du pouce (rhizarthrose) sont liées à l’âge et très fréquentes, plus que les tumeurs bénignes liquidiennes ou tissulaires.

La chirurgie orthopédique des doigts et du pouce demande une grande expertise. Elle offre de nombreux choix techniques possibles et souvent efficaces. Mais les doigts sont toutefois indissociables de la main qui les commande. Les tendons qui les mobilisent passent tous au travers de tunnels situés dans la main et sont commandés par des nerfs qui passent par l’épaule et le coude. Toute pathologie du membre supérieur, que ce soit une maladie de l’épaule ou un traumatisme du poignet pourra retentir sur les doigts.

Le coude, une chirurgie orthopédique du membre supérieur complexe

Le coude est une articulation complexe qui permet la flexion extension du coude mais aussi la rotation de la main appelée prono-supination. Il est soumis à des sollicitations quotidiennes incessantes responsables de traumatismes ou de tendinites qui peuvent imposer une opération du coude.

Une opération du nerf ulnaire au coude, appelé aussi nerf cubital, sera plus fréquente que celle du nerf médian ou du nerf radial. Ces compressions des nerfs par leurs localisations proximales donnent des paralysies sensitives et motrices parfois graves.

chirurgien orthopédiste à Paris - pr eric roulot - chirurgie du coude - operation arthroscopie

La tendinite des épicondyliens (maladie du coude du tennisman, épicondylite ou tennis elbow) ou la tendinite du biceps (avec possible rupture brutale) sont la conséquence d’une utilisation intense professionnelle ou sportive. La chirurgie orthopédique du coude sera pratiquée en dernier recours.

Les arthroses du coude liées à l’âge ou à un traumatisme sont rares mais compliquées. Les tumeurs solides (lipome, chondrome) ou liquidiennes (hygroma du coude, kyste) nécessitent parfois une opération réservée à un chirurgien de la main spécialiste du coude.

Toute pathologie du coude pourra avoir une incidence sur les pathologies de la main et des doigts, et toute pathologie de l’épaule pourra aussi retentir sur le coude.

La chirurgie orthopédique et réparatrice de l'épaule

professeur eric roulot - chirurgie réparatrice de l'épaule - operation coiffe des rotateurs - clinique jouvenet à paris

La chirurgie de l’épaule concerne trois tranches d’âge qui correspondent à trois groupes de maladies de l’épaule.

Pour les plus âgés, l’arthrose par rupture de coiffe ou suite à un traumatisme amène parfois à une opération pour prothèse d’épaule.

Les jeunes prédisposés à ces maladies peuvent présenter une luxation lors d’un traumatisme de l’épaule suite à une chute, puis pour un mouvement de plus en plus banal. La stabilisation de l’épaule par une chirurgie réparatrice de l’épaule devient vite nécessaire (en dehors des hyperlaxes) pour se protéger de l’arthrose.

Pour les âges intermédiaires, les douleurs de l’épaule par conflits sous l’acromion (bec sous acromial) ou l’usure des muscles et tendons de l’épaule (coiffe des rotateurs, biceps) entrainent des bursites, des tendinites ou des ruptures de la coiffe. Si le traitement médical est dépassé, une opération des tendons de l’épaule permet d’empêcher ou réparer la rupture de coiffe.

Enfin, c’est par l’épaule que passent tous les nerfs responsables du coude, du poignet et de la main. Il y a donc des possibilités d’interactions entre une pathologie de l’épaule et d’autres pathologies du membre supérieur.