Opérations et chirurgie
de la main et du poignet

Une opération de la main et du poignet doit être envisagée si le traitement médical de la pathologie concernée a échoué. La prise en charge chirurgicale nécessite toujours des examens complémentaires.

Lorsque la main va mal malgré un traitement médical bien mené, la prise en charge de la douleur ou de la dysfonction passe par la consultation d’un chirurgien spécialiste de la main. Des examens complémentaires sont nécessaires pour une analyse anatomique et fonctionnelle rigoureuse avant toute opération de la main et du poignet.

Ce parcours patient précis prépare au mieux cette éventuelle opération de la main si elle se révèle indispensable, la chirurgie de la main étant une discipline très pointue.

Les examens complémentaires avant une chirurgie de la main

Lors de la première consultation avec un spécialiste de la main, une analyse de la localisation de la douleur de la main ou du poignet et des symptômes permet de définir la pièce anatomique de la main concernée et les orientations diagnostiques. On peut alors prescrire des examens de la main pertinents pour arriver à porter un diagnostic précis et fiable. C’est ensuite seulement qu’une opération de la main est envisagée : la chirurgie du tendon, du nerf, du muscle, du ligament ou de l’os mis en cause sera alors traitée.

Un chirurgien de la main préfère souvent choisir lui-même la liste des examens complémentaires et leur lieu de réalisation. C’est simplement pour avoir la certitude qu’ils seront faits correctement et pour ne pas induire d’erreur de diagnostic, du fait d’une mauvaise analyse de votre pathologie de la main.

Par ailleurs, un examen du poignet ou de la main sera beaucoup mieux réalisé s’il est orienté par une demande précise de ce que l’on recherche.

En cas de pathologie ostéo-articulaire, des radiographies de la main ou du poignet de réalisation simple ou plus orientée (radiographie dynamique ou en stress) sont assez systématiques. Ces radiographies des mains permettent de voir les os et la forme des articulations, qui peuvent être complétées par un scanner pour une analyse plus fine.

Pour des examens plus précis du cartilage articulaire et des ligaments de main, l’IRM ou un scanner sont préconisés. Il faut en général injecter un produit avec une seringue dans l’articulation de la main à explorer pour mettre en valeur les contours du cartilage et les ligaments que le scanner (TDM) ou l’IRM viennent alors photographier.

radiographie fracture de poignet gauche avant chirurgie main paris 16 avec par pr eric roulot
Radiographie - Fracture du poignet
pr-eric-roulot-irm-avant-chirurgie-main-paris-16
IRM de la main et du poignet

L’échographie de la main fait quant à elle des progrès incessants. Si le radiologue maitrise cette technique, cet examen complémentaire, d’une pertinence très proche d’une IRM de la main et du poignet, apporte une analyse lors du mouvement (échographie dynamique) et des avantages dans certaines indications.

Concernant les nerfs des mains et du poignet, un EMG de la main ou du poignet (électromyogramme) reste l’examen de référence. Il doit être réalisé par un opérateur très entrainé.

Il existe de nombreux examens plus rares et parfois utiles (doppler, scintigraphie, biologie spécifique, capillaroscopie) avant d’envisager une opération de la main ou du poignet.

Quand une opération de la main doit-elle être envisagée ?

Une fois le diagnostic effectué, on propose une stratégie de prise en charge du patient qui peut être médicale, chirurgicale ou les deux.

Une prise en charge médicale lorsqu’elle est possible seule et si elle offre les mêmes perspectives de résultat est toujours préférable. Elle est parfois plus lente pour guérir d’une maladie de la main. Le traitement médical s’appuie sur le médecin généraliste et très souvent sur les médecins spécialistes des pathologies ostéo-articulaires que sont les rhumatologues de la main.

pr-eric-roulot-consultation-chirurgie-orthopedique-paris-avant operation de la main

Certains rhumatologues sont très spécialisés dans les pathologies de la main. Ce sont eux qui maitrisent le mieux l’utilisation adaptée des antalgiques, des anti-inflammatoires, des immunosuppresseurs et la physiothérapie.

Si un traitement médical bien conduit ne suffit pas, une opération de la main et du poignet doit alors être envisagée.

La chirurgie de la main, une intervention localisée et ponctuelle

Le rhumatologue de la main et le médecin traitant ont une action générale car le médicament diffuse dans tout le corps. Une opération de la main a contrairement au traitement médical une action ponctuelle sur un point précis. Pour exemple, une maladie inflammatoire généralisée comme une infection de la main ou une polyarthrite impose un traitement de fond par voie générale.

Une intervention chirurgicale de la main isolée ne peut traiter un problème général. Il vient en complément. Par contre, la chirurgie orthopédique de la main prend tout son intérêt sur un problème localisé ponctuel concernant une pièce anatomique précise. Il faut pour une opération de la main arriver d’abord sur le site malade. C’est ce que l’on appelle la voie d’abord ou point d’entrée.

Cette voie d’abord est une incision ou un point de piqure qui doit être d’une taille adaptée à ce que l’on doit faire. Ouvrir trop petit peut être dangereux si le chirurgien de la main est inconfortable pour effectuer un bon travail. Tirer très fort sur la peau pour bien voir en cas d’incision trop petite est agressif et source de douleur et de lésions cutanées pour le patient opéré.

Les mini abords ne concernent donc que certaines techniques et nécessitent un chirurgien orthopédiste entrainé. La chirurgie endoscopique utilise des mini abords punctiformes : Le premier pour entrer la caméra (voir) et un deuxième pour entrer l’instrument opératoire (agir).

On parle d’arthroscopie du poignet quand on travaille sous caméra dans une articulation et d’endoscopie du poignet quand on est hors articulation, comme par exemple le canal carpien.

Pour stabiliser une fracture suite à un traumatisme du poignet ou couper une zone fibreuse avec une micro lame, la chirurgie percutanée utilise des mini abords ou des points de piqures, permettant de faire pénétrer une broche ou une vis dans un os.

L'opération de la main et du poignet, une chirurgie de la main mini invasive ?

Le terme de chirurgie mini invasive ou chirurgie micro invasive est souvent utilisé par les patients pour une opération de la main ou du poignet. C’est en réalité différent de celui de mini abord et il ne faut pas confondre.

On peut en effet par un mini abord réaliser beaucoup de choses ou de dégâts et par un petit trou arthroscopique détruire une articulation par un produit chimique ou un instrument motorisé.
A l’inverse, le chirurgien de la main peut réaliser une opération de la main ou du poignet très fine avec une incision plus classique et plus grande. Par exemple, refixer un tout petit fragment de cartilage avec une micro vis, comme un horloger positionnerait une micro vis dans un mouvement d’horlogerie très délicat. Tout cela sans pour autant le faire par une mini incision pour être mal à l’aise.

Dans le premier cas, cette chirurgie de la main est très invasive à l’inverse de la seconde qui est beaucoup moins traumatisante et micro invasive. Le résultat esthétique d’une opération des mains selon la taille de la cicatrice n’est donc pas synonyme d’invasif ou non invasif.

Il en va de même quand un chirurgien orthopédiste du membre supérieur stabilise une fracture de la main avec des petites broches passées à travers la peau, au lieu de mettre une plaque avec de nombreuses vis par un abord chirurgical extensif. Le résultat sur la stabilité obtenue après l’opération de la main sera souvent le même et le chirurgien orthopédiste aura alors été moins invasif.

Les opérations de la main et du poignet

operation tendinite quervain - chirurgie tendinite de de quervain du pouce

L’opération de la tendinite de de Quervain

La chirurgie de la tendinite de de Quervain vise à agrandir la taille de la coulisse de ce compartiment pour s’adapter au nouveau format des tendons extenseurs.

opération kyste synovial du poignet droit - articulation radio-ulnaire distale - chirurgie du poignet Paris dr éric Roulot

L’opération du kyste du poignet

Qu’il soit tendineux ou articulaire, l’opération d’un kyste du poignet se fait en ambulatoire sous simple anesthésie du bras. Une chirurgie du poignet peut être proposée d’emblée ou après une tentative de traitement médical du kyste.