Arthrose de l'épaule : L'arthrose acromio-claviculaire et l'omarthrose

La définition de l'arthrose de l'épaule est importante pour comprendre cette maladie de l'épaule et savoir mieux la soigner.

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

L’arthrose de l’épaule est la perte du bouclier cartilagineux protecteur d’une articulation. L’os est fait pour soutenir la charge mais résiste très mal au frottement. Il est recouvert par une surface de glissement, le cartilage, qui doit être parfaitement lisse pour bien glisser. Le cartilage de l’épaule avec le temps ou du fait de traumatismes peut s’user. Il se ramollit, s’effiloche et se fragmente. C’est la maladie du cartilage appelée chondropathie.

A force de s’abimer, il disparait et ne protège plus l’os. C’est l’arthrose d’épaule. La chondoropathie ne se voit pas sur une radiographie car le cartilage est modifié mais encore présent, la radiographie est normale. Par contre, certains examens plus compliqués peuvent l’analyser. L’arthrose donne quant à elle des modifications visibles sur une simple radiographie de l’épaule.

Les différentes arthroses de l'épaule

Il existe deux arthroses possibles au niveau de l’épaule :

  • L’arthrose acromio-claviculaire est relativement de bon pronostic. Elle est située au niveau de l’articulation entre la clavicule et l’acromion.
  • L’arthrose de l’épaule s’appelle au sens usuel du terme l’arthrose gléno-humérale. Cette maladie concerne l’articulation principale entre la tête humérale et la surface articulaire de l’omoplate qui lui est opposée appelée la glène. On parle d’omarthrose.

Les causes de la maladie

Pour l’arthrose acromio-claviculaire, ceux sont beaucoup les traumatismes ou l’hyper-sollicitation répétée sportive ou professionnelle qui sont en cause. Toute contusion, entorse ou luxation de l’acromio-claviculaire peut générer, longtemps après, une arthrose. Le rugby, le judo et les sports de lancer sont des sports à risque.

Pour l’omarthrose, c’est pour beaucoup l’âge du patient et parfois une tendance constitutionnelle ou familiale qui sont à l’œuvre. On parle d’omarthrose primitive. Les omarthroses bilatérales de l’épaule sont fréquentes.

arthrose de l épaule symptomes - radio luxation épaule non réduite - arthrose épaule cause
Luxation non réduite de la tête humérale de l'épaule gauche

Néanmoins, certains traumatismes à l’épaule avec fracture importante de la tête de l’humérus peuvent provoquer des séquelles à l’origine de l’arthrose. Soit par la perte du caractère parfaitement lisse du cartilage qui devient irrégulier par la fracture, soit par la nécrose de la tête humérale qui est une mortification de l’os, qui alors s’effondre et détruit l’articulation. Dans ces deux cas, l’arthrose de l’épaule peut survenir chez des gens assez jeunes et devient alors redoutable.

Ce mécanisme de nécrose osseuse de l’épaule peut aussi de façon exceptionnelle se produire lors d’accidents de plongée, à la suite de certains traitements médicamenteux ou de consommation excessive d’alcool.

Les instabilités d’épaule sont à la longue, elles aussi, arthrogènes. Les patients qui se luxent régulièrement l’épaule en dehors des hyperlaxités congénitales doivent se faire opérer pour une stabilisation sous peine de dégrader à la longue leur cartilage et d’aboutir à une omarthrose.

Mais une des principales causes très fréquente et évitable d’arthrose de l’articulation gléno-humérale est la rupture de coiffe des rotateurs de l’épaule. C’est pourquoi la prévention et le traitement de cette rupture sont essentiels. La dysfonction de la coiffe des rotateurs lors de sa rupture rend le mouvement de rotation de la tête humérale en face de la glène imparfait lorsqu’on lève le bras. Celui-ci se fait alors avec un mouvement de piston qui à la longue use le cartilage et entraine petit à petit l’ascension de la tête humérale qui se décentre de plus en plus.

Le décentrage accentue l’arthrose de l’épaule. On parle d’omarthrose excentrée. Elle est problématique car elle cumule la destruction articulaire et la destruction de la coiffe.

Les symptômes

anatomie épaule droite - douleur epaule cause - arthrose acromio claviculaire ou omarthrose

Le principal symptôme de l’arthrose de l’épaule est la douleur lors des mouvements de l’épaule. Ces douleurs surviennent principalement le jour à l’effort et en fin de journée. La localisation de la douleur n’est pas la même pour les deux arthroses.

Pour l’arthrose acromio-claviculaire, la douleur à l’épaule s’accompagne d’une déformation souvent visible en regard de l’articulation située juste sous la peau à la partie externe de la clavicule. L’appui sur cette zone est douloureux et les mouvements qui mettent l’articulation en compression aussi, comme dormir sur le côté. La mobilité n’est pas altérée car cette articulation est peu mobile.

Pour l’omarthrose, la douleur est plus globale et plus profonde et concerne tous les mouvements de l’épaule. Des sensations de craquement, d’accrochage ou même de blocage sont fréquents comme une sensation de rouage grippé. Cette douleur à l’épaule s’accompagne d’une raideur qui s’accentue avec le temps et limite tous les sens du mouvement. Parfois, cette raideur douloureuse est difficile à différencier d’une capsulite surajoutée à l’arthrose.

Parfois, ces douleurs deviennent inflammatoires et alors gênantes également la nuit.

Les examens complémentaires utiles

La radiographie est le plus souvent suffisante au diagnostic d’une arthrose de l’épaule en montrant un pincement et une déformation de l’articulation. La radiographie permet de différencier les omarthroses centrées et omarthroses excentrées. En principe les formes centrées ont une coiffe encore fonctionnelle.

Dans les formes toutes débutantes, un arthroscanner de l’épaule est utile. Il impose une injection de produit de contraste dans l’articulation qui permet de voir les petites irrégularités du cartilage malade.

Pour les formes d’omarthroses évoluées où se discute une possible chirurgie de l’épaule, une analyse plus fine de la forme de l’articulation et de l’état des muscles autour de l’épaule s’impose.

radio epaule arthrose - examen de l épaule - radiographie épaule - arthrose de l épaule droite sévère - omarthrose centrée - omarthrose excentrée
Arthrose sévère de l'épaule droite

L’arthroscanner ou l’IRM sont alors adaptés. Ces examens vont analyser les omarthroses avec tendinopathie de la coiffe pour dépister les ruptures de coiffe.

Comment soigner une arthrose de l'épaule ?

Le traitement de ces deux maladies de l’épaule est très différent pour l’arthrose acromio-claviculaire et l’omarthrose.

Le traitement de l'arthrose acromio-claviculaire

professeur eric roulot - chirurgie de l épaule paris - arthroscopie épaule - opération de l épaule par arthroscopie
Chirurgie arthroscopique de l'épaule

C’est une articulation peu mobile qui s’enraidit progressivement par l’évolution de l’arthrose, ce qui à la longue avec la perte de mobilité fait disparaitre les douleurs.

Cette arthrose d’épaule mérite donc d’être le plus longtemps possible traitée médicalement par tout ce qui soulage.

En cas d’arthrose acromio-claviculaire modérée, le traitement de fond antalgique et anti-inflammatoire ponctuel ou de façon plus durable est à privilégier.

Dans les cas les plus invalidants et durables, l’opération de l’arthrose acromio-claviculaire est envisageable et efficace. Elle consiste à supprimer le frottement entres les deux pièces osseuses arthrosiques en supprimant une petite épaisseur d’os, créant ainsi un écart et supprimant la douleur. Ce traitement est réalisable sous arthroscopie. Cette résection du bord externe de la clavicule est fréquemment associée à un remodelage de la face inférieure de l’acromion par acromioplastie. En effet, arthrose acromio-claviculaire et tendinopathie sont souvent associées. La déformation de l’articulation par l’arthrose crée des saillies osseuses, qui rendent l’acromion agressif et responsable du conflit sous-acromial avec tendinopathie de la coiffe.

Le temps de récupération est assez rapide et ne nécessite pas d’immobilisation particulière, sauf celle pour empêcher la douleur immédiatement post opératoire. La reprise d’activité sans restriction est possible à 6 semaines.

Le traitement de l'omarthrose de l'épaule

L’idéal est surtout d’éviter sa survenue en traitant correctement les tendinites pour éviter une évolution vers la rupture de coiffe puis l’arthrose.

Seul le remplacement de l’articulation par une prothèse d’épaule fait disparaitre l’arthrose de l’articulation gléno-humérale. Pour autant cette opération de l’omarthrose est importante et non sans risques. Elle mérite d’être retardée autant que possible. 

Le traitement médical de cette arthrose de l’épaule et une mise au repos sérieuse de l’épaule sont donc indispensables. Le traitement médical peut faire appel à tout ce qui apporte un soulagement de la douleur : Antalgiques, anti-inflammatoires, infiltrations, acupuncture, mésothérapie,  hypnose, …

comment traiter l arthrose de l épaule - douleur épaule droite - traitement arthrose - soigner par infiltration arthrose acromio-claviculaire
Infiltration de l'épaule droite

Les infiltrations peuvent se faire avec de la cortisone pour les phases très inflammatoires ou par de la visco supplémentation. Le principe est d’apporter un liquide visqueux créant une interface pour faciliter le glissement. Il n’y a pas de gros risques à renouveler les infiltrations si elles sont efficaces. Elles n’abimeront pas l’articulation plus qu’elle ne l’est déjà.

Un exercice de rééducation de l’épaule est envisageable mais peut par l’effort aggraver l’arthrose de l’épaule et la douleur. Elle est donc de réalisation difficile. L’enraidissement de l’articulation contribue par ailleurs au soulagement et permet parfois de retarder l’échéance de la prothèse d’épaule.

Chirurgie prothétique et arthrose de l'épaule

Le changement de l’articulation de l’épaule passe par un remplacement des deux surfaces articulaires. On remplace la tête humérale et la glène de l’omoplate pour que les deux pièces prothétiques glissent l’une sur l’autre sans douleur. Le plus souvent, l’une des deux pièces est en métal et l’autre en polyéthylène qui est un composant plastique très résistant. Ces deux matériaux sont très bien tolérés par l’organisme sans rejet.

Par contre ces deux pièces doivent, chacune d’un côté, être fixées à l’os. Cette fixation est compliquée. Elle nécessite pour avoir un bon ancrage une surface de contact large et un os de bonne qualité. Avec le temps, la zone de contact entre l’os et la pièce prothétique a tendance à se fragiliser car l’os est contrairement à la prothèse un tissu vivant qui évolue avec le temps. Il n’a pas la même élasticité que la pièce prothétique.

La durée de vie d’une prothèse d’épaule n’est pas éternelle. Avec le temps et l’usure et en général après de nombreuses années, Il se produit un descellement de la prothèse qui impose son changement. Celui-ci n’étant pas simple, il est important d’essayer de l’éviter en retardant le plus possible la chirurgie prothétique.

L’âge de mise en place de la prothèse d’épaule est donc essentiel. Dans l’idéal, il faut mettre cette prothèse suffisamment tard dans la vie pour ne pas avoir à la changer. Néanmoins, il faut le faire quand l’os est encore de bonne qualité pour avoir une bonne fixation de la prothèse. On peut donc retarder au maximum l’intervention, mais uniquement si le stock osseux reste correct et que l’arthrose de l’épaule ne l’a pas trop usé.

En cas d’omarthrose, la surveillance régulière de l’usure osseuse est donc essentielle.

La prothèse anatomique

radio epaule arthrose - examen épaule - radiographie épaule après opération omarthrose - prothèse d épaule - prothèse anatomique d épaule gauche
Prothèse anatomique de l'épaule gauche

Une prothèse totale anatomique de l’épaule reproduit l’anatomie de l’articulation originelle. C’est une grosse tête humérale en face d’une petite articulation de l’omoplate. Elle est entourée d’une coiffe des rotateurs de bonne qualité pour maintenir la cohésion de l’ensemble.

La prothèse anatomique d’épaule est techniquement plus difficile à mettre en place mais reste la meilleure alternative car elle sollicite moins la fixation des pièces prothétiques.

La prothèse inversée

La pose d’une prothèse inversée de l’épaule reste la seule alternative quand la coiffe est détruite. C’est souvent le cas, la rupture de coiffe étant l’une des principales causes d’omarthrose. L’absence de coiffe pour stabiliser les deux pièces prothétiques l’une avec l’autre est remplacée par un emboitement de la prothèse.

La sphère que constitue normalement la tête humérale est posée en position inversée sur l’omoplate. Cela permet de remplacer la tête humérale par un réceptacle arrondi et d’emboiter ainsi les deux pièces l’une dans l’autre. Elles sont ainsi mobiles en rotation mais sans nécessiter la stabilisation musculaire comme c’est le cas pour une articulation anatomique non emboitée.

radio epaule arthrose - prothèse d épaule - prothèse inversée épaule - examen épaule après opération - chirurgie de l épaule Paris - professeur Eric Roulot
Prothèse inversée de l'épaule droite

La prothèse unipolaire

La prothèse unipolaire est une solution de sauvetage parfois nécessaire quand la fixation de la pièce sur l’omoplate n’est pas faisable ou pas souhaitable. Elle a l’avantage d’être d’une grande simplicité. Mais en changeant une seule des deux facettes articulaires, elle soulage bien moins la douleur à l’épaule.

Les complications de la prothèse d'épaule

La chirurgie prothétique est une chirurgie orthopédique de l’épaule compliquée et à risque d’accident grave. Elle impose une anesthésie générale qui au-delà de 70 ans est toujours une affaire sérieuse. La mise en place de la prothèse impose une libération importante de l’articulation arthrosique pour la remplacer. La mobilisation des nerfs et des vaisseaux souvent fragiles du fait de l’âge et de l’enraidissement articulaire peut les abimer.

Une lésion neurologique est possible et plus souvent transitoire, le nerf fragile ne supportant pas l’étirement. Cette paralysie de l’épaule très handicapante est rarement définitive.

Les infections suite à une opération de l’arthrose de l’épaule sont redoutables et le risque est réel. La prothèse d’épaule est un matériau inerte qui ne se défend pas, contrairement à l’organisme, des microbes de passage. Il est donc important de se mettre à l’abri avant intervention par un dépistage et un traitement de tout problème dentaire, ORL et uro gynécologique. Il faut impérativement éviter ces relargages microbiens spontanés.

La luxation de prothèse d’épaule est une possibilité. Elle impose parfois un changement de prothèse pour gagner en stabilité. Enfin avec le temps, l’usure de la prothèse et son descellement sont assez inévitables. Il convient de limiter au maximum et définitivement tout excès de contrainte pour économiser la prothèse et la faire durer le plus longtemps possible.

La liste des complications de la chirurgie de l’épaule comme dans toute chirurgie est sans limite.

Prothèse de l’épaule, les suites opératoires et arrêt de travail

arthrose de l épaule - omarthrose -
Bon résultat sur les mobilités d'une prothèse d'épaule

Les temps de récupération sont longs et en moyenne de trois mois. Une immobilisation après l’opération vise uniquement à soulager la douleur post opératoire. La rééducation d’une prothèse d’épaule peut être rapidement entreprise car la prothèse est d’emblée à son maximum de fixation. Il faut simplement respecter les temps de cicatrisation des sutures musculaires réalisées pour effectuer l’abord chirurgical.

La prothèse soulage bien les douleurs. Sur le plan de la mobilité, les résultats sont très variables en fonction du terrain. La prothèse n’ayant pas de moteur, ceux sont les muscles du patient opéré qui vont faire le travail.

La prothèse aura au final la mobilité que l’on arrive à lui donner. La mobilité obtenue dépend donc de l’état du deltoïde et de la coiffe restante qui sont souvent altérés dans les arthroses importantes et anciennes. Elle est parfois totale mais le plus souvent intermédiaire.

Dans l’ensemble la prothèse d’épaule redonne un confort de vie important, pas toujours avec une mobilité totale mais suffisante. Il est important par ailleurs de ménager sa prothèse en évitant les contraintes excessives, sources d’usure prématurée.

Cette opération de l’épaule est donc une intervention de sauvetage pour empêcher de souffrir et ne redonne pas obligatoirement une épaule normale mais simplement beaucoup moins douloureuse ou indolore. Cette intervention chirurgicale est donc salvatrice quand on souffre. Même si certains patients ont des résultats fonctionnels impressionnants, son but essentiel et suffisant reste de soulager la douleur de l’arthrose d’épaule et pas de restaurer une mobilité normale.

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp