Qu’est-ce que la capsulite de l’épaule : Comprendre cette maladie de l'épaule, la subir et la laisser tranquille

Comprendre la maladie de la capsulite de l'épaule : Une explication simple mais importante à comprendre du comment ça marche, et pourquoi ça ne marche pas ! Ou comment le système sympathique ne l’est pas du tout !

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

La capsulite correspond à un emballement du système réflexe de protection de l’épaule. Ce système appelé système sympathique est un des mécanismes essentiel et vital qui permet le fonctionnement permanent et correct de la machinerie humaine. Dans la vie quotidienne on respire, transpire, salive, et grelotte sans y penser. Et surtout quand un bruit est violent, on sursaute brutalement sans le vouloir. Ce système très sensible au moindre stimulus n’est pas sous notre contrôle volontaire. Par contre il est très sensible à notre état émotionnel.

La cause de la capsulite à l’épaule, le système sympathique !

Pr-eric-roulot-maladie-epaule-capsulite-epaule-symptome

Tout cela est un mécanisme de défense absolument vital. En effet, l’ensemble de ces phénomènes nous protège. Respirer la nuit et saliver pour manger nous fait vivre. Transpirer quand il fait chaud nous refroidit et protège la peau du soleil. A l’inverse, rétracter la peau quand il fait froid réduit la surface de contact et renforce le derme en modifiant la répartition de la chaleur.

Pour ce qui est de sursauter, le but est de mettre en route ultra rapidement l’ensemble de la dynamique du mouvement (accélération du rythme cardiaque, mobilisation des muscles, mise en éveil de tous le sens) pour pouvoir s’enfuir.

Ce système sympathique est donc une arme essentielle qui a permis à l’homme des cavernes de survivre. Celui qui avait un système sympathique ultra performant réagissait bien plus vite pour s’échapper de l’attaque des prédateurs. Il était donc bien mieux adapté à son environnement.

Mais au fil du temps, l’environnement a bien changé et ce système de défense n’a plus besoin d’être aussi réactif au moindre stress. Ceux d’entre nous qui ont gardé un système hyper réactif vont solliciter bien trop leur système sympathique. En cas de stress la respiration devient rapide, la transpiration excessive, la digestion inadaptée. Ceux sont des symptômes connus de tous. Ils sont souvent latents et à peu près contrôlés dans la vie de tous les jours. Mais le moindre dérèglement peut emballer le système.

La capsulite de l’épaule, un mal d’épaule inflammatoire

La capsulite de l’épaule fait partie de ces manifestations mais de façon très insidieuse. C’est la mise en route excessive d’un système de défense de l’épaule souvent en rapport avec l’anxiété et le stress.

Le système lorsqu’il marche normalement crée l’inflammation de l’épaule quand elle est nécessaire pour lui permettre de mettre en route les phénomènes de cicatrisation. Lorsqu’il s’emballe, il crée une inflammation trop importante avec gonflement, rougeur, chaleur et épaississement congestif des tissus synoviaux.

Au niveau de l’épaule, c’est une inflammation de la capsule articulaire gléno-humérale qui par son revêtement synovial est à l’origine de la lubrification articulaire par le liquide synovial. Cette membrane étanche qui entoure l’articulation pour en retenir le liquide articulaire, si elle s’enflamme et se rétracte trop, génère de la douleur à l’épaule et surtout de la raideur. On parle alors de capsulite rétractile de l’épaule.

La capsule devient rigide épaisse, hyper sensible et réactive. L’épaule ne peut plus bouger. Elle est comme congelée. La guérison de ce phénomène ne nécessite que le retour à une dilatation vasculaire moins importante, ce qui se fait avec le temps et l’apaisement du système sympathique.

anatomie-la-capsule-articulaire-de-l-epaule
maladie-capsulite-retractile-stress-douleur-epaule

Malheureusement ce système est très excitable (c’est son rôle) et le retour à la normale est parfois très long. Comme il génère de la douleur à l’épaule cela entraîne de l’anxiété. La peur de ne pas guérir, la peur d’être inefficace au travail, à la maison, ou la peur d’être mal jugé devant cette maladie de l’épaule sans cause visible.

Hors la douleur de l’épaule et la gêne sont réelles et l’angoisse aggrave la maladie. C’est un vrai cercle vicieux auto entretenu. Ce mal à l’épaule peut s’étendre à tout le bras jusqu’à la main. Pour l’épaule, on parle de capsulite de l’épaule.

On parle de syndrome algodystrophique quand cela concerne la main ou tout le membre supérieur d’où le nom de syndrome main épaule. D’autres termes sont utilisés parfois, comme l’ostéoporose post traumatique, la maladie de l’épaule gelée, le syndrome de Sudeck ou encore le syndrome de l’épaule gelée (frozen shoulder). Actuellement le terme scientifique exact est syndrome douloureux régional complexe (SDRC). Ce qui traduit bien les différents modes d’expression que ce syndrome de l’épaule peut prendre.

Les symptômes de la capsulite de l’épaule : Les manifestations cliniques de la maladie

Ils surviennent souvent dans une période propice quand il y a des problèmes personnels, familiaux ou professionnels (décès, divorce, chômage, licenciement, pression au travail). La capsulite évolue généralement en trois phases. Une phase de douleur franche avec enraidissement rapide dite phase chaude (importante inflammation et fixation à la scintigraphie).

Puis une phase ou la douleur s’estompe et disparaît progressivement (phase de refroidissement) au profit de la raideur qui est stable. Enfin, une phase de récupération des amplitudes de mobilités (phase froide). Il y a deux modes de survenu de la capsulite, spontanée ou post traumatique.

La forme spontanée

C’est l’apparition un matin au réveil de façon brutale, ou progressivement et de façon plus insidieuse, d’une raideur de l’épaule qui génère des douleurs pendant les mouvements mais aussi souvent au repos.L’épaule est très raide, l’élévation du bras difficile bien que celle-ci soit quand même faisable en basculant le tronc et par une compensation dans l’articulation scapulo-thoracique entre l’aile de l’omoplate (la scapula) et le thorax (voir anatomie de l’épaule).

Le plus significatif est l’impossibilité de faire la rotation externe du bras. Mettre un ticket dans la borne du péage ou attraper sa veste sur la banquette arrière de la voiture deviennent des gestes impossibles et assez caractéristiques. 

Pr-eric-roulot-maladie-epaule-capsulite-douleur-epaule

Il n’est pas exceptionnel de faire successivement une capsulite aux deux épaules. Le contexte d’anxiété parfois très enfoui, si il reste le même, peut en effet entraîner exactement la même réaction d’emballement du deuxième côté. On parle de capsulite à bascule.

La forme post traumatique

radiographie-epaule-douleur-apres-fracture-de-la-clavicule
Radiographie d'une fracture externe de la clavicule

Toute sollicitation douloureuse de l’épaule (mais aussi de la main ou du membre supérieur) génère un stress et la possible mise en route excessive du système sympathique. Une fracture, une luxation, une simple contusion ou une intervention chirurgicale du coude par exemple sont par les douleurs et l’angoisse qu’ils génèrent des gros pourvoyeurs de capsulites à l’épaule.

La raideur et la douleur de l’épaule sont alors intriquées avec le traumatisme ou l’intervention chirurgicale à l’origine du déclenchement de la capsulite. Cela rend l’analyse des symptômes de la capsulite très difficile.

La raideur est-elle en rapport avec la consolidation d’une fracture, la cicatrisation d’une intervention ou la capsulite ? Il est très difficile de savoir, parfois des trois. Cela entre en tout cas dans les complications d’une chirurgie, d’un traumatisme ou d’une fracture. On parle de capsulite post traumatique à l’épaule. Quand survient une capsulite de l’épaule après opération ou toute autre intervention chirurgicale, elle est considérée alors comme un aléa thérapeutique car difficile à prévenir et sans réel rapport avec une erreur médicale.

Le patient par l’hyper réactivité de son système réflexe est en fait involontairement à l’origine de cette réaction. L’ensemble des problèmes créés par un traumatisme ou une intervention chirurgicale contribuent à augmenter la sensation d’oppression et de stress.

Les examens complémentaires utiles

Peu d’examens en dehors de la clinique sont nécessaires au diagnostic car ils sont peu contributifs. La radiographie permet, mais de façon tardive, de voir une transparence osseuse trop importante (ostéoporose) avec un aspect moucheté de l’os qui sont très évocateurs.

La scintigraphie de l’épaule, en montrant une hyper activité inflammatoire des tissus, est parfois intéressante.

Le scanner et l’IRM montrent parfois des signes évocateurs mais sont néanmoins peu précis pour cette analyse. Les examens complémentaire ont surtout pour but de rechercher une autre cause à la douleur pour ne pas se tromper de diagnostic, surtout dans les formes difficiles.

Pr-eric-roulot-maladie-epaule-capsulite-douleur-epaule-consultation-chirurgie-orthopedie-jouvenet

 Il faut en effet différencier la capsulite de la bursite, de la tendinite et de la rupture de coiffe de rotateurs, car ces maladies de l’épaule se ressemblent dans leur manifestation. D’autant que plus que parfois ces maladies s’associent entre elles, la capsulite venant parasiter les autres maladies de l’épaule en s’y additionnant.

Le traitement de la capsulite de l’épaule

Comment soigner une capsulite d’épaule ?

maladie-epaule-traitement-capsulite

Cette maladie de l’épaule est peu accessible aux traitements médicaux sauf ceux qui contribuent à diminuer le fond anxieux, à diminuer les douleurs et à rétablir un bon sommeil. Un accompagnement médical est donc indispensable et bénéfique pour soulager une capsulite de l’épaule.

Aucun traitement ne sera en réalité très efficace. C’est surtout le retour à une forme d’apaisement global tant intellectuel que tissulaire qui seul permettra le retour, de façon lente, à la normale. Mais en général la récupération finale est bonne.

Comment soulager une capsulite de l’épaule ?

Les anxiolytiques et les antidépresseurs sont parfois bien utiles de façon brève pour restaurer la paix intérieure et arriver à la zénitude requise. Les médicaments de la douleur sont bien sûr prescrits si besoin. Les traitements à base de calcitonine par injection ont longtemps été très prescrits. 

Leur efficacité est de plus en plus sujette à caution et leur prescription de plus en plus rare et non remboursée. Les injections étaient parfois pénibles causant des douleurs à l’épaule au point d’injection et des nausées.

Pr-eric-roulot-maladie-epaule-capsulite-epaule-droite-infiltration
Infiltration à l'épaule droite

Les infiltrations à l’épaule de corticoïdes sont envisageables et d’autant plus qu’il y aura une cause mécanique initiale au déclenchement de la capsulite (tendinite de la coiffe, arthrose acromio claviculaire douloureuse ou conflit sous acromial). 

La capsulo distension de l’épaule est parfois efficace. Elle consiste à injecter du liquide (sérum physiologique) sous forte pression dans l’articulation pour espérer distendre et réassouplir la capsule. Les mobilisations sous injection anesthésique du bras relèvent de l’exception.

Les exercices pour capsulite de l’épaule

La rééducation de l’épaule si elle est trop énergique en générant de la douleur peut aggraver la capsulite. Elle peut néanmoins être bénéfique si elle est entreprise et effectuée alors avec la plus grande douceur pour ne créer aucune douleur supplémentaire. C’est un travail de longue haleine.

L’opération chirurgicale

Une opération de la capsulite rétractile est contre indiquée, même si parfois il existe une cause mécanique à la douleur qui aurait favorisé la survenue de la réaction réflexe algodystrophique. Il existe quelques exceptions mais elles sont rarissimes.

Capsulite rétractile de l’épaule et arrêt de travail

Le meilleur traitement naturel de la capsulite reste le repos

Le temps souvent très long au repos (de 6 à 12 mois en général) est le meilleur atout pour obtenir au final une guérison complète. L’évolution est plus rapide si le patient arrive à diminuer son anxiété (relaxation, hypnose, médecine douce) et s’impose d’utiliser petit à petit et sans douleurs son bras pour le remettre en route progressivement.

Le pire ennemi de la bonne récupération étant les patients qui doutent du diagnostic ou gardent une incompréhension sur la genèse de leur atteinte : En entretenant l’anxiété ils retardent leur propre guérison.

capsulite-arret-de-travail

Le contexte de capsulite et maladie professionnelle peut créer du coup une réelle ambiguïté. Une capsulite spontanée ne peut en principe pas être retenue comme maladie professionnelle. Les patients qui n’ont pas d’activité professionnelle ne déclenchent pas moins de capsulites spontanées. Bien sûr si le travaille génère un stress, il peut être un facteur participatif mais il reste vraiment difficile à évaluer et à quantifier.

La capsulite rétractile de l’épaule et maladie professionnelle

Pr-eric-roulot-maladie-epaule-capsulite-epaule-professionnelle

Par contre quand une capsulite survient des suites d’un accident de travail avec une lésion authentifiée ou des suites d’une tendinite par mouvement répétitif dans le cadre de travaux lourds (métiers du bâtiment, déménageurs), elle peut entrer dans le cadre de la capsulite rétractile de l’épaule et maladie professionnelle.

La capsulite rétractile de l’épaule reste une cause fréquente d’arrêt de travail prolongé.

En effet, pour les métiers ou l’élévation de l’épaule est indispensable (peintres, charpentiers, jardiniers, sportifs), il est nécessaire de respecter un arrêt de travail parfois prolongé. Cependant pour des professions moins physiques (administratif, bureau), les temps de récupération sont souvent longs et la reprise d’activité pour l’équilibre psychologique et l’intégration socioprofessionnelle bénéfique.

La prolongation multiple des arrêts de travail reste discutable. Dans l’idéal, même si elle mérite d’être évitée, la mise en arrêt de départ pendant la phase douloureuse est envisageable. Dans la deuxième phase plus enraidissante que douloureuse par contre, la reprise d’activité, même si elle est difficile est souvent bien plus bénéfique. Elle permet de s’imposer une mobilisation progressive de l’épaule et de retrouver un équilibre de vie qui n’est pas centrée que sur l’épaule raide et douloureuse.

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
les-grandes-maladies-des-mains-douleurs-mainsles-grandes-maladies-des-mains-douleurs-mains
Maladies de la main et du poignet

Les maladies de la main et du poignet La main est avant tout un outil magique que l’on utilise en permanence. Elle sert à tout.

maladie-epaule-tendinite-epaule-gauche-travail
Tendinite épaule

Les muscles permettant les mouvements de l’épaule sont appelés les muscles de la coiffe des rotateurs de l’épaule. Chacun de ces quatre muscles a un rôle moteur.

maladie-epaule-bursite-epaule-sous-acromiale
Bursite épaule

La bursite de l’épaule une inflammation de la bourse séreuse sous acromio-deltoïdienne. Cette bourse est une poche liquidienne qui s’interpose entre la voûte osseuse sous acromiale et les muscles de la coiffe des rotateurs pour y favoriser le glissement lors des mouvements de l’épaule.

Pr-Eric-roulot-maladie-épaule-sport-lancer-disque
Maladie de l’épaule

Les trois premières maladies sont fréquentes et se ressemblent dans leur expression. La dernière maladie de l’épaule, l’arthrose, est beaucoup plus rare mais également bien plus sévère quant à ses conséquences et à la chirurgie prothétique qu’elle impose parfois.