Qu'est-ce qu'une tendinite de l'épaule ?

La tendinite de l'épaule, des douleurs par souffrance des tendons des muscles rotateurs

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Les muscles permettant les mouvements de l’épaule sont appelés les muscles de la coiffe des rotateurs de l’épaule. Chacun de ces quatre muscles a un rôle moteur. Celui qui est en avant en se contractant provoque de la rotation interne, celui du dessus l’élévation et ceux qui sont en arrière la rotation externe. Evidemment, leurs actions sont intriquées et bien plus complexes. Mais pour comprendre la tendinite de l’épaule cette simplification est nécessaire.

Cet ensemble de muscles chapeaute la tête humérale qui est arrondie comme une coiffe sur une tête d’où le nom de coiffe des rotateurs. Les muscles infra-épineux et le petit rond sont situés en arrière, le supra-épineux au dessus et le sous scapulaire en avant. Chaque muscle rotateur est constitué d’un gros corps charnu qui s’attache sur l’omoplate. Chaque muscle se termine par un tendon solide, plat et court qui s’attache sur le pourtour de la tête humérale.

Des muscles fragiles et constamment sollicités

anatomie muscle de la coiffe des rotateurs de l épaule
Vue postérieure de l'épaule

Lors de l’élévation du bras, l’ensemble de ces quatre muscles rotateurs se contracte et rapproche la tête humérale de l’omoplate pour la maintenir bien fixée. L’objectif est d’éviter un mouvement de piston qui serait sinon trop important par la traction du deltoïde.

Le muscle deltoïde est à lui seul plus fort que tous les autres séparément. Il est en opposition et complémentaire à la coiffe des rotateurs. La coiffe des rotateurs est fragile par sa situation anatomique. Elle est coincée entre la voûte acromio claviculaire et la tête humérale, comme entre le marteau et l’enclume. A l’inverse, le deltoïde est indestructible car situé en dehors de cette zone de conflit sous acromiale. Le deltoïde va donc toujours bien.

Au cours de la vie, l’accumulation des mouvements incessants de l’épaule peut à la longue fatiguer la coiffe des rotateurs. Les tendons de l’épaule deviennent plus secs et moins élastiques, un peu comme un cuir qui vieillit et craquelle. c’est la tendinose dégénérative.

La tendinite de la coiffe des rotateurs

La tendinite est donc une maladie de l’épaule conséquence du vieillissement et d’une hyper utilisation de la coiffe des rotateurs. Cependant, si les tendons de la coiffe des rotateurs coulissent difficilement dans un espace sous acromial trop serré, ils sont soumis à une agression qui va les user beaucoup trop vite.

La tendinite survient alors bien trop tôt par rapport l’âge. Exactement comme le mécanisme d’une autre maladie de l’épaule, la bursite sous acromiale.

Ce conflit sous acromial par excès de frottement va déclencher une inflammation des tendons appelée communément tendinite de la coiffe de l’épaule, mais aussi souvent une inflammation de la bourse sous acromiale. On parle de tendino bursite.

anatomie-epaule-coiffe-du-rotateur
Vue antérieure de l'épaule

A son contact, elle sécrète du liquide synovial et s’enflamme pour essayer de protéger la coiffe des rotateurs du frottement. C’est un peu le principe d’un air bag qui se gonfle pour protéger du traumatisme, mais qui une fois gonflé peut devenir gênant. L’inflammation du tendon génère une gêne aux mouvements et des douleurs de l’épaule. En l’absence de traitement, les tendons s’effilochent à force de frotter et la tendinite passe à la chronicité. On parle alors de tendinite chronique de l’épaule.

En effet, l’arrêt de l’inflammation et des agressions par frottement ne le ramène pas totalement à la normale. En cas d’aggravation les tendons peuvent se rompre.

C’est alors la rupture de coiffe. Elle peut survenir sans être très perceptible au début, ou se rompre de façon brutale à l’occasion d’un effort important ou d’une chute. La rupture se produit le plus souvent sur un tendon déjà très fragilisé et malade par la tendinite.

cause d'une tendinite de l’épaule

Trois grandes causes s’entremêlent et permettent d’expliquer pourquoi certains sont plus concernés que d’autres par cette maladie de l’épaule.

Le vieillissement des tendons

douleur-epaule-droite-reveil-maladie-epaule

Avec l’âge, la transformation des tendons de la coiffe et à la longue leur rupture est assez inéluctable. C’est le vieillissement tissulaire. Les premiers symptômes apparaissent le plus souvent vers la cinquantaine. Le but est d’éviter d’abîmer sa coiffe des rotateurs trop jeune. Si une rupture de coiffe n’est pas un gros problème à 80 ans, il en devient un sérieux à 50 ans.

Le vieillissement des tendons de la coiffe pour chacun ne se fait pas à la même vitesse, et c’est tout l’intérêt d’en prendre soin : Par des exercices mesurés progressifs sans à-coups, un dépistage au moindre signe d’alerte d’un acromion agressif et une hygiène de vie de qualité.

Une voûte sous acromiale agressive

L’espace sous acromial où coulissent les tendons de la coiffe peut être trop serré.

Le plus souvent, c’est le plafond constitué par la voute acromio claviculaire qui est trop bas pour deux raisons. Soit de façon constitutionnelle, ce sont les gens qui dès l’âge adulte ont une forme d’acromion trop crochu.

Soit le plafond devient trop bas de façon acquise. C’est le cas des déformations progressives de l’os par l’arthrose ou les traumatismes, que ce soient des micro traumatismes de mouvements répétés ou une vrai traumatisme de l’articulation acromio-claviculaire.

conflit-entre-acromion-et-tete-humerale-au-niveau-de-la-coiffe-des-rotateurs
Radiographie d'un conflit important au niveau de la coiffe des rotateurs

Dans ces deux cas, l’acromion devient trop saillant et agressif. Il vient racler comme un soc de charrue sur les tendons de la coiffe des rotateurs dans le mouvement. Cela abime fortement les tendons et provoque des dégâts parfois sérieux.

Il faut alors en cas de tendinite d’épaule réagir en supprimant ce bec sous acromial agressif. Cela peut relever de la chirurgie de l’épaule.

Une mauvaise hygiène de vie

traitement-de-la-tendinite-de-l-epaule-droite-natation

Le plus souvent les choses ne sont pas aussi marquées et le plafond est soit à la bonne hauteur, soit légèrement trop bas. Il faut alors faire en sorte de rééquilibrer les mouvements de l’épaule pour leur permettre de se faire sans trop de piston. C’est le rôle d’une bonne hygiène de vie nécessitant un équilibre alimentaire et des exercices musculaires adaptés.

Il faut favoriser une bonne répartition du travail de chaque muscle, un mouvement sans frottement excessif et une bonne bonne hydratation. 

La mise en route progressive après échauffement, un bon équilibre alimentaire et l’arrêt du tabac sont autant de facteurs de protection des tendons de la coiffe. Hypertension, hypercholestérolémie et diabète sont également des facteurs péjoratifs.

les symptômes de la tendinite de l’épaule

Les principaux symptômes de la tendinite sont des douleurs lorsque l’on lève le bras et le coude à l’horizontale, par exemple pour boire un verre. Les douleurs de tendinite de l’épaule sont plus intenses à l’effort mais peuvent êtres sourdes, permanentes, persistantes au repos et parfois nocturnes et insomniantes. Le repos les soulage et le besoin de mettre son bras en écharpe est fréquent.

Il n’y a pas en principe de vrai perte de force, même si la douleur peut limiter la bonne utilisation de l’épaule. Lever le bras jusqu’au plafond est souvent moins douloureux que de maintenir le coude à l’horizontale. Mettre la main dans le dos est difficile.

Les formes spontanées et post traumatiques de la maladie

Les formes spontanées surviennent de façon progressive, à force de réaliser des activités répétitives, par des douleurs à l’épaule. Parfois elles apparaissent à la suite d’un surmenage du bras surélevé comme pour tailler une haie, poncer un mur, peindre un plafond. La poussée douloureuse est alors assez brutale et donne une incapacité douloureuse à se servir de son bras.

La tendinite de l’épaule peut prendre une forme post traumatique, survenant parfois à la suite d’une chute ou d’un impact sur l’épaule. Elle rentre alors souvent dans l’ordre avec le temps. Le repos laisse l’inflammation provoquée par le traumatisme à l’épaule disparaitre.

maladie-epaule-peintre-douleur

Dans beaucoup de formes, il existe avant la chute une tendinite peu douloureuse mais traduisant une fragilité du tendon. Le traumatisme surajouté est alors le point de départ d’une tendinite traumatique de l’épaule fréquemment plus durable et parfois chronique.

Dans certains cas, le traumatisme est responsable d’une fracture avec modification des contours de la tête de l’humérus ou de la voute acromio claviculaire. L’espace sous acromial devient alors trop étroit et provoque un conflit qui peut devenir durable et nécessiter parfois un traitement chirurgical.

Les examens complémentaires

Des radiographies simples de l’épaule et une échographie suffisent. Les radiographies permettent de vérifier l’absence d’anomalie osseuse et d’analyser la taille de l’espace sous acromial.

On peut alors déterminer si l’acromion est plat ou agressif et si l’espace sous acromial est large ou étroit.

L’échographie de l’épaule analyse l’état de la coiffe des rotateurs, son vieillissement et l’absence de rupture.

La tendinite calcifiante

tendinite-de-l'epaule-avec-calcification
Radiographie de l'épaule - Tendinite avec calcification

La présence de calcification sur les tendons est possible et courante. On parle de tendinite calcifiante. Il s’agit d’une multitude de petites calcifications qui traduisent des mécanismes de micro ruptures suivies de réparation par un tissus cicatriciel calcifié.

Parfois, ce sont de gros nodules calcifiés qui peuvent être très inflammatoires et douloureux. Les douleurs à l’épaule disparaissent souvent avec l’évacuation spontanée de ces poches remplies de micro cristaux, un peu comme une crise de goutte. Le temps que dure une tendinite calcifiante est de quelques semaines quand elle s’évacue spontanément. 

Parfois il est nécessaire d’évacuer ces grosses calcifications par une chirurgie orthopédique de l’épaule, soit sous radio (trituration de la calcification), soit par arthroscopie.

Quel traitement pour une tendinite de l’épaule ?

Comment soigner la tendinite de l’épaule

Lors de l’apparition de cette maladie de l’épaule et avant d’aller voir un médecin, le repos complet en mettant le bras en écharpe est le remède le plus efficace. Pour ce qui est de la chaleur ou du froid à appliquer pour une tendinite de l’épaule, l’application de poches de glace de façon intermittente en protégeant la peau de la brûlure de la glace est plutôt bénéfique. Néanmoins le chaud en cataplasme peut également apporter un certain soulagement.

Les douleurs importantes la nuit sont la résultante des efforts du jour. Il faut donc anticiper en journée : Si dans le mouvement la gêne est modérée, il est préférable de s’en abstenir sous peine d’avoir mal au repos.

douleur-epaule-droite-poche-de-glace

Par contre, la position du sommeil ne change pas grand chose. Chacun trouvera une position qui lui est plus ou moins confortable, comme la position assise bras en écharpe, sans qu’il y ait de règle préétablie.

Il faut laisser le tendon reposer et se désenflammer. Il faut pour cela supprimer la cause de la tendinite. Si c’est un surmenage, il faut arrêter les efforts en cause et observer une mise au repos adaptée.

Les antalgiques et les anti inflammatoires lors d’une tendinite de l’épaule permettent le plus souvent de résoudre la crise douloureuse. L’acupuncture peut également aider.

La recherche d’une anomalie anatomique responsable de la souffrance tendineuse est néanmoins nécessaire et sa suppression utile. En cas d’acromion pointu et agressif, une opération de l’épaule peut être envisagée. En cas de mauvaise dynamique de l’épaule avec un pistonnage excessif dans le mouvement, une rééducation doit être entreprise.

Peut-on faire une infiltration pour une tendinite ?

douleur-epaule-gauche-infiltration-traitement-tendinite

Les infiltrations à l’épaule sont de loin le traitement médical le plus efficace pour soulager la douleur. Elles ont un effet puissant pour une tendinite de l’épaule mais leur maniement doit être prudent.

Elle peuvent être réalisées dans l’espace sous acromial et dans l’articulation gléno humérale. Elles ont un rôle anti inflammatoire mais ne permettent pas la réparation d’une éventuelle rupture.

Par le soulagement de la douleur qui permet de remettre les tendons en action et par l’action directe de la cortisone, les infiltrations peuvent favoriser une rupture de la coiffe si elle est déjà très fragilisée.

L’injection de cortisone incite donc au préalable de vérifier l’aspect de la coiffe et sa fragilité éventuelle.

Les exercices à faire pour une tendinite de l'épaule

La rééducation est essentielle dans la prise en charge des tendinites de l’épaule. Le conflit à l’origine de la plupart des tendinites est en effet la conséquence d’un frottement excessif des tendons de la coiffe des rotateurs sous le plafond acromio claviculaire.

Ce frottement résulte d’un contact trop fort entre un plafond trop bas et une tête humérale recouverte de sa coiffe des rotateurs qui remonte trop haut lors du mouvement.

La rééducation de la tendinite de l’épaule permet à la tête humérale de moins remonter dans le mouvement qui doit privilégier la rotation et éviter le pistonnage. 

douleur-epaule-droite-reeducation-tendinite

Elle a donc un effet essentiel et parfois suffisant pour guérir. Même en cas d’intervention chirurgicale, ce bon équilibre du mouvement de l’épaule est une priorité. La rééducation doit être entreprise dès que les douleurs le permettent et doit être longtemps poursuivie.

La kinésithérapie comme le traitement ostéopathique ont une grande place dans la tendinite de l’épaule.

L'autorééducation et les bonnes postures, le meilleur traitement naturel de la tendinite

reeducation-tendinite-travail-douleur-epaule-droite

L’analyse des circonstances déclenchantes de la douleur permet de ne pas les reproduire. Une adaptation du poste de travail est à étudier, évitant les travaux bras en hauteur. De même qu’il est nécessaire d’adopter des postures de travail adaptées et limitant les positions prolongées bras à l’horizontale. 

La rééducation est un élément incontournable de la prise en charge et doit être poursuivie en auto rééducation tout au long de la vie. De la même façon que pour ne pas avoir mal au dos, il faut bien se tenir. Pour ne pas avoir mal à l’épaule, il faut un équilibre du mouvement correct, ce qui se travaille et s’entretient. 

Le temps que dure une tendinite dépend donc beaucoup de comment on la prend en charge. La poussée inaugurale est parfois très douloureuse et peut être résolue en une semaine environ par un traitement souvent médicamenteux voir infiltratif.

L'opération chirurgicale par arthroscopie

Une opération de l’épaule devient parfois nécessaire quand la tendinite n’est pas guérie par le traitement médical et d’autant plus rapidement que le plafond constitué par la voûte acromio claviculaire est bas et tranchant.

Son but est d’éviter que la tendinite ne continue à évoluer et n’aboutisse à une rupture de la coiffe des rotateurs.

Le remodelage de l’acromion par arthroscopie permet d’agrandir l’espace sous acromial et de diminuer le frottement néfaste. Cette acromioplastie arthroscopique ne dispense pas d’une rééducation visant à empêcher la tête humérale recouverte de sa coiffe de monter plus haut.

chirurgie-epaule-arthroscopie-tendinite-pr-eric-roulot
Chirurgie de l'épaule par arthroscopie

En cas de tendinite calcifiante, la résection arthroscopique de calcifications douloureuses, persistantes et volumineuses est également faisable.

La tendinite du biceps est à part. Le tendon du biceps traverse l’épaule et appartient à la coiffe sans en partager le mode de fonctionnement. Quand le tendon est abimé et douloureux, sa rupture spontanée soulage la douleur de façon remarquable sans créer de déficit. On peut donc par arthroscopie accélérer cette libération du biceps. C’est un geste techniquement très simple en chirurgie de l’épaule appelé ténotomie du biceps.

Tendinite et maladie professionnelle

Dans le cadre de certaines professions effectuant des travaux lourds ou épaules surélevées (travail de chantier, peintre en bâtiment, déménageur, boulanger, coiffeur…), cela peut faire l’objet d’une déclaration en maladie professionnelle. Cela permet d’adapter le poste de travail et d’effectuer une meilleure prévention et prise en charge des rechutes éventuelles.

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email